visites.

Boucle d'or


Il était une fois trois metalleux qui vivaient en colocation dans une jolie maison au fond d’un bois. (ça doit être des blackeux pour vivre si loin de tout). Il y avait un grand metalleux, une metalleuse et un petit metalleux (la colocation ça devait être l’excuse pour ne pas avoir à expliquer leur plan à 3 au fond de la forêt !).

Chacun possédait un bol : un grand bol pour le grand metalleux, un moyen bol pour la metalleuse et un petit bol pour le petit metalleux (limite un mug avec le nom de son groupe préféré comme on peut trouver sur plein de catalogue de VPC !).

Chacun avait une chaise pour s’asseoir : une grande chaise (en metal forgée toute noire avec des crânes sculptés un peu partout) pour le grand metalleux, une chaise moyenne (super confortable avec des coussins en mousse et avec de zoli imprimés avec des pentacles, des croix inversées, et d’autres symboles sataniques sur le tissu) pour la metalleuse et une petite chaise (limite chaise de camping avec l’emplacement pour la canette) pour le petit metalleux.

Dans la chambre il y avait trois lits pour dormir (certainement pour donner le change et éviter les commérages) : un grand lit pour le grand metalleux, un lit moyen pour la metalleuse et un petit lit pour le petit metalleux (ça commence à devenir vachement prévisible non ?).

Ce matin-là metalleuse prépara une bonne bouillie qu’elle versa dans les trois bols.
- La bouillie est trop chaude, dit-elle. Si nous la mangeons maintenant, elle nous brûlera la langue.
- En attendant qu’elle refroidisse, allons dans la forêt se prendre en photo, en se la pétant grave, avec les corpse-paint, les bracelets à clous de trente centimètres et tout et tout, proposa le grand metalleux.
- Oui, allons nous promener, répéta le petit metalleux, on cueillera des baies (pour le repas vegan du midi ?). Ils prirent un panier et ils s’enfoncèrent dans les bois.

Pendant qu’ils cueillaient des baies, une jeune fille déboucha sur le sentier et aperçut la maison des trois metalleux. Elle s’appelait Boucle d’or à cause de ses cheveux blonds. D’abord elle regarda par la fenêtre, puis par le trou de la serrure et finalement elle poussa la porte et cria :
Eho, il y a quelqu’un ?

Comme personne ne répondait, elle entra. Elle avait très faim. Aussi lorsqu’elle vit les trois bols remplis de bonne bouillie sur la table, elle eut très envie d’y goûter. Elle goûta la bouillie du grand metalleux :
Hou, elle est trop chaude ! dit elle en remettant la cuillère dans le bol.

Elle goûta alors la bouille de la metalleuse :
Beurk, elle est trop froide ! fit-elle en laissant tomber la cuillère par terre.

Elle goûta enfin la bouillie du petit metalleux et elle la trouva si bonne qu’elle la mangea toute et lécha même le fond du bol.
(faudra qu’on m’explique comment une bouillie faite et servie en même temps est à trois températures différentes un peu plus tard !)

Puis elle voulut se reposer.
Elle aperçut les trois chaises et elle grimpa sur la chaise du grand metalleux mais elle était vraiment trop dure ! (normal, elle est en fer forgée, je vous le rappelle) Elle descendit de la chaise en la faisant basculer.
Elle essaya la moyenne chaise de la metalleuse mais il y avait beaucoup trop de coussins et elle la trouva trop molle.
Elle s’assit enfin sur la petite chaise du petit metalleux et elle la trouva tout à fait à son goût, ni trop dure ni trop molle. Elle s’amusa à sauter dessus, tant et si bien qu’elle finit par défoncer le siège (en même temps, sauter sur un siège de camping, faut pas être très malin) et elle tomba par terre.

Je suis fatiguée, dit-elle, je dormirais bien un peu ! (pas vraiment gênée la meuf, et elle s’inquiète pas trop de son bordel)

Elle monta dans la chambre où elle aperçut les trois lits (rhoooooo, les trois lit sont dans la même chambre, c'est pas louche ça déjà !). Elle se hissa sur le grand lit du grand metalleux en s’agrippant aux couvertures qu’elle fit tomber par terre, mais il était bien trop dur. Alors elle essaya le moyen lit de la metalleuse, mais elle avait beau jeter les oreillers par terre, le lit était bien trop mou. Elle s’installa dans le petit lit du petit metalleux qu’elle trouva juste comme il faut. Elle s’enfouit sous les couvertures et s’endormit.

Après quelque temps, pensant que leur bouillie avait assez refroidi, les trois metalleux rentrèrent mais lorsqu’ils posèrent le panier rempli de baies sur la table, ils s’aperçurent que quelqu’un était venu !
- Quelqu’un a goûté à ma bouillie ! dit le grand metalleux de sa grosse voix bourrue en voyant la cuillère dans son bol.
- Quelqu’un a goûté à ma bouillie ! fit la metalleuse de sa moyenne voix en voyant sa cuillère par terre.
- Quelqu’un a goûté à ma bouillie et a tout mangé ! constata le petit metalleux de sa voix aiguë (il avait vraiment pas de chance).

Ils commencèrent à regarder autour d’eux et ils virent qu’on avait déplacé les trois chaises.
- Quelqu’un s’est assis sur ma chaise ! grogna le grand metalleux de sa grosse voix bourrue en remettant sa chaise en place.
- Quelqu’un s’est assis sur ma chaise ! dit la metalleuse en remettant les coussins en place.
Et vous savez ce que Boucle d’Or fit de la chaise du petit metalleux.
- Quelqu’un s’est assis sur ma chaise et l’a défoncée ! découvrit le petit metalleux dégoûté.

Ils montèrent ensuite dans leur chambre :
- Quelqu’un a couché dans mon lit ! grogna le grand metalleux de sa grosse voix en voyant les couvertures par terre.
- Quelqu’un a couché dans mon lit ! dit la metalleuse en voyant ses oreillers sur le plancher.
- Quelqu’un a couché dans mon lit, et elle y dort encore ! s’exclama le petit metalleux tout surpris.

Boucles d’Or était si profondément endormie que lorsque le grand metalleux grogna de sa grosse voix rude, elle pensa qu’elle rêvait que le vent soufflait fort et que le tonnerre grondait. Quand la metalleuse parla avec sa voix moyenne, Boucle d’Or crut entendre la pluie frapper à la fenêtre. Mais la voix aiguë et stridente du petit metalleux perça si fort les oreilles de Boucles d’Or, que celle-ci se réveilla en sursaut.

Boucle d’or eu vraiment peur (surtout parce que les metalleux n'avait pas encore enlevés leur corpse-paint et elle pensait qu’elle allait subir plein de sévices sataniques et d’autres trucs très dégueulasse). Elle cria très fort, alors les metalleux crièrent très fort eux aussi, et Boucle d’or eut encore plus peur. Elle réussit à s’enfuir par une fenêtre ouverte et les trois metalleux ne la revirent plus (et ils se demandent encore ce qu'elle foutait chez eux). Depuis, les trois metalleux pensent à bien fermer leur porte à chaque fois qu’ils partent en forêt.